jeudi 15 janvier 2009

Mes instants indiens

L'Inde est le pays ou les sentiments les plus extremes se succedent le plus rapidement. La repulsion peut etre suivie par l'emerveillement au coin d'une rue. La fascination augmente au fur et a mesure que l'on se sent a l'aise dans le pays et que l'on passe outre les rabatteurs agressifs, la pollution, le bruit, la salete, la pauvrete. Il y a eu quelques moments difficiles, de doute tout d'abord, puis de tristesse a certains moments, mais je retiendrais surtout les moments de bonheur unique. Il y en a eu des solitaires, et d'autres en societe, avec des voyageurs ou des locaux, tous differents. J'aurais aime finalement avoir 2 mois de plus pour faire le nord, et le Gujarat, et le Punjab, et aussi aller a Calcutta, etc...

Ces instants indiens me resteront longtemps en memoire :

- ressentir un pur instant de liberte au guidon d'une moto. En repartant de Jalsaimer, poser ses roues dans le desert du Thar au milieu des dunes, des chameaux et des saris... Connaitre le plaisir d'etre sur la route.

- se perdre dans les ruines du fort de Bundi, y admirer la ville au detour d'une salle de garde, et fourrer son nez dans les lieux intimes du royaume des singes, en se replongeant dans les souvenirs du "livre de la jungle", ecrit ici même.

- capter la magie du Taj Mahal au lever du soleil et laisser la splendeur du lieu cculter le tourisme de masse.

- prendre tous les gamins du voisinage en photo, posant sur les balcons ou autour de la moto, après s'etre volontairement perdu dans la vieille ville de Chittor.

- descendre de Mount Abu en Bullet par un matin frais et ensoleillé, en enroulant tranquillement au son petaradant du monocylindre... Et aller chercher les limites de la garde au sol...

- passer Noel en invité special de la plus chaleureuse des guest house a Jodhpur, faire le sapin avec les jeunes indiens curieux et desireux d'echanger en anglais, et refaire avec eux les dernieres choregraphies de Bollywood

- mettre des petites bougies sur le Gange sacré en hommage aux etres chers disparus recemment, a Varanasi, ville emblematique a partir de laquelle les ames hindous peuvent enfin monter au nirvana en arretant le cycle des reincarnations.

- ecouter "the extasy of Gold" de Morricone depuis la colline surplombant la plaine de Pushkar, eclairee par le coucher du soleil.

- s'endormir dans le train en ecoutant Air et en voyant defiler le paysage de plaines brumeuses de l'Uttar Pradesh eclairees par la pleine lune

- s'arreter prendre le cap au milieu de nulle part, voir se reunir en quelques secondes une 20 aine d'ecoliers tout sourire, ceder a leur demande de les prendre en photo et les voir poser fierement, puis regretter de ne pas avoir plus de temps... et donc s'imaginer le prochain voyage en Inde!

- etre heureux d'avoir laisser la place au hasard et a l'improvisation, de s'etre senti au bon endroit au bon moment pour vivre certaines choses... et se dire a la fin du periple que finalement rien n'arrive par hasard...

3 commentaires:

dany a dit…

superbe!
bisous
mum

Eric a dit…

Salut Nico !
Je viens de lire ce post et beaucoup d'autres. Un vrai régal !
Si j'ai bien compris, tu te diriges donc vers le Nepal. J'y suis moins meme alle en 1998: Kathmandou, Pokhara et un trekking d'une semaine dans l'Annapurna. Un delicieux souvenir. Je pense bien a toi.
Eric Baudouin

Janski a dit…

""the extasy of Gold" de Morricone depuis la colline surplombant la plaine de Pushkar, eclairée par le coucher du soleil"
ach le gros panard j'en chiale presque rien qu'a l'imaginer ...