jeudi 22 janvier 2009

Hong Kong Express

J'ai exactement 24h pour visiter Hong Kong. Ca sent la course effrenee...
A l'arrivee a l'aeroport, après 3h de mauvais sommeil dans l'avion, je reserve un hotel a 100 EUR la nuit. J'aurais pu vivre 1 mois au Nepal avec ca, mais bon, j'ai envie d'un peu de confort cette fois (et je suis servi : terrace avec vue sur le port au 40eme etage, fitness center, bar lounge, chambre avec ecran geant, ...).
Je passe a un autre extreme après le Nepal : ici tout est propre, neuf, moderne, capitaliste, climatisé, aseptisé, ordonné, automatisé, digitalisé. Le train express entre l'aeroport et HK Central me semble un palace. Les gens font la queue bien en rang, se rangent a droite dans les escalators, dans les couloirs du metro il y a une ligne continue mediane pour canaliser les pietons, on ne traverse pas la rue si le petit bonhomme est rouge, même s'il n'y a personne. Autre chose qui me frappe en arrivant, les Hong Kongais (?) n'ont pas vraiment le sourire, chacun a l'air de marcher seul, en regardant le trottoir, bien propre sur lui pour aller au bureau. Symptome des grandes villes modernes, ou l'individu, pris dans sa routine metro-boulot-dodo, a oublie qu'il avait un voisin? Ca change en tout cas du Nepal ou de l'Inde ou tout le monde papote avec tout le monde, le sourire aux levres.

Je loge a Kowloon, quartier touristique bouillonant du cote Nord de la baie de Hong Kong. Je commence par me remettre un peu des derniers jours bien routard : bain moussant, decontraction devant l'ecran LCD (et le discours d'investiture d'Obama), petit dejeuner tardif mais copieux chez Mc Do - j'avais oublie ce cocktail si particulier de frites synthetiques, viande reconstitue insipide, salade croquante et translucide, pseudo tomate inodore, sauce chimique - et double expresso chez Starbuck. Après cette ballade dans Kowloon au milieu des neons Sony, des tailleurs et des bijoutiers, je vais jusqu'a Central en metro, en utilisant la fameuse carte Octopuss, avec laquelle on peut payer tous les transports et les petits achats (merci Marie, il restait 37 dollars ;-)), puis les quartiers autour, Wan Chai (a moins que ce soit Chai Wan, les 2 existent...), Admiralty, les "pier" pour prendre les differents ferries, Mid Levels. Il est facile de se situer dans la ville mais difficile de marcher : il faut bien reperer les entrees des passerelles pietonnes. Aeriens ou souterrains, ces passages enjambent les grandes rues, s'enfoncent dans les immeubles, se recoupent dans les galeries commerciales. Niveau architecture urbaine, je trouve que ca donne des choses assez interessantes. Et si HK n'est pas vraiment fun pour le tourisme, je pense qu'il ne doit pas y etre desagreable d'y vivre. Je monte vers Soho par une serie d'innombrables escalators, quartier des restos et bars. Je chope le "Peak Tramway" a mi-chemin, pas facile de se deplacer et de s'asseoir dans un wagon incline a 30 ou 40 degres... Je monte donc au "peak", ou m'attend une vue panomarique de HK. Malheureusement, il fait un peu brumeux, mais on distingue tout de même que la cote est une succession ininterrompue d'immeubles qui doivent tous faire dans les 50 etages...
Je rentre a l'hotel, je passe chez DHL pour alleger mon paquetage, puis je resors de nuit. La "Sky Line" de Hong Kong by night justifie grandement cet arret eclair. De plus, il y a une espece de "son et lumieres" avec les eclairages des immeubles, neon, laser, spots, flash... Il y a eu du watt! Le diner avec pates aux noix de St Jacques, verre de bon vin, glace chocolat + banane / chantilly, me fait presque oublier que je suis lessive. Et demain, retour aux dures lois du routard a Ho Chi Minh City...

2 commentaires:

Janski a dit…

HK la ville du futur on est dans blade runner la trop fort!

dany a dit…

un p'tit peu de confort et de luxe ça ne fait pas de mal!!on vit quand meme sur une sacrée boule où en un coup d'avion on passe d'un extrème à l'autre
bises